En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de vous proposer des contenus et des services adaptés à vos centres d’intérêts et de rendre votre expérience de navigation encore plus agréable. OK / Plus d’informations

Concertgebouw Brugge

  • Nederlands NL
  • Français FR
  • English EN
Liste d'envies0

Social media

Agenda

A partir de ven. 08.04.16
  • An Evening with Efterklang

    Avec plus de 15 ans de carrière, Efterklang est un des groupes indépendants les plus influents du Danemark. Tout au long de son histoire, ses musiciens ont élaboré une œuvre innovante, puisant ses influences autant dans l’électronique que la pop expérimentale ou la musique classique contemporaine. Leur musique orchestrale caractéristique, alternant sans cesse entre subtilité et emphase, est interprétée avec une oreille virtuose pour la composition, le son et la mélodie.  Le groupe formé par Casper Clausen, Mads Brauer et Rasmus Stolberg, a pris en 2014 une année sabbatique pour réorienter son avenir. Cette réflexion a donné lieu à un nouveau concept de groupe et un opéra ; le groupe a par ailleurs créé un festival à Berlin et une station de radio à Copenhague.  Lors de la soirée REVERBERATIONS, le groupe présentera en première belge la version de concert de son tout dernier projet, LEAVES - The Colour Of Falling. Cette composition réunit 11 chansons envoûtantes sur le drame et l’amour perdu, et flotte sur un son entêtant entremêlant éléments acoustiques et électronique. Le groupe bénéficie pour cela de l’accompagnement live de huit musiciens et quatre chanteurs supplémentaires. La soirée se poursuivra avec un concert de LIIMA, le nouveau groupe du noyau dur d’Efterklang.  On pourra également visionner An Island et The Ghost Of Piramida, deux projets cinématographiques auxquels a participé le groupe ; la musique du MM!-café sera diffusée en streaming depuis Copenhague par The Lake Radio.… Lisez plus

  • In dialogue

    Karen Willems, figure phare d’Inwolves, (ex-)percussionniste d’entre autres Yuko, Zita Swoon Group et 1001 autres projets, compte parmi les musiciens les plus inventifs de sa génération. Pendant MORE MUSIC! elle entamera un dialogue de circonstance avec quatre artistes dotés de solides bases musicales, donnant lieu à trois improvisations persistantes mettant une fois de plus en valeur son vaste talent. Dialogue # 1 : Karen Willems – Benjamin Glorieux (18h) Le violoncelliste et compositeur Benjamin Glorieux s’est intéressé à la musique médiévale comme à la musique contemporaine, et a travaillé avec des musiciens jazz réputés ou encore pour diverses productions théâtrales. Une scène d’exception avec dans le rôle principal les 21 cloches de bronze du carillon sur le toit-terrasse du Concertgebouw. Dialogue # 2 : Karen Willems – CHVE (Amenra) (19.20h) C’est sous le pseudonyme CHVE que Colin H. Van Eeckhout, chanteur de l’écrasant collectif Amenra, dévoile son âme sur des sons folk, bourdonnements ou encore avec son intrigant chant de gorge. Dialogue # 3 : Karen Willems – Cycle (22h) Un dialogue où les techniques de percussion, nuances, dynamique et abstraction rythmique de Willems sont des atouts face aux basses de guitare abstraites et interactives du minimaliste Dirk Serries et à l’approche fascinante de la contrebasse de Martina Verhoeven. Un mélange unique de free-jazz, de minimalisme et d’avant-garde, mêlant bruit, silence, répétition, ambiance et dynamique.… Lisez plus

  • À nom imposant, il faut une voix au moins aussi imposante : Willis Earl Beal utilise son organe vocal à la manière d’un instrument soul ultra-dynamique, qu’il laisse tout à tour murmurer tendrement ou rugir à gorge déployée. Son histoire non plus n’est pas banale : Beal a été soldat, il a habité chez sa grand-mère, erré dans les rues, abandonné des CD dans des lieux arbitraires, griffonné son numéro de téléphone sur des flyers et chanté des chansons aux gens qui l’appelaient ensuite. Il s’est servi de notre fascination pour les laissés-pour-compte pour se faire remarquer lors de ses débuts décousus. Acousmatic Sorcery (2012) a des sonorités de messe noire ensorcelante par laquelle il attire ses auditeurs en des lieux sombres tel un tentateur né. Ses âpres mutations blues trahissent un faible pour le vieux blues crachotant, la soul authentique et son héros Tom Waits. Sorti l’an dernier, son quatrième disque Nocturnes a redonné à entendre des traces de solitude, de traumatismes et d’amour gâché. Et pourtant, on le croit aussitôt quand, à la fin de Coming Through, son duo avec Cat Power, il marmonne « don’t worry baby, it’s gonna be allright ». Tout ira bien ! Outre quatre disques en autant d’années, dessins et écriture sont un exutoire à l’irrésistible créativité de W.E.B. Le court-métrage animé Principles Of A Protagonist, sur des dessins et une musique de sa main, offre déjà une introduction intéressante à son œuvre ! Avertissement : les concerts de Willis Earl Beal sont toujours une expérience un peu étrange. Welcome to the church of nobody !  … Lisez plus

  • The Colorist est un ensemble de huit personnes autour du batteur Aarich Jespers (Zita Swoon, Kiss My Jazz) et du percussionniste Kobe Proesmans (Gabriel Rios). Synonyme de musique aventureuse, hors du quotidien, le groupe sait en même temps s’adresser à un public large. Composé d’un instrumentarium classique (entre autres piano, cordes, clarinette) étoffé de percussions fabriquées par Jespers (à la fois batteur et facteur d’instruments), The Colorist élabore un spectre sonore captivant et totalement unique avec lequel il entraîne d’autres artistes dans une collaboration osée. La chanteuse islandaise Emiliana Torrini a relevé le défi avec beaucoup d’enthousiasme et confié ses chansons au groupe. Torrini a remporté un succès mondial avec ‘ungle Drum, sans oublier son rakatung ketung ketuketuke tungtung. The Colorist décortique totalement la Torrini, joue avec les arrangements pour ne conserver que le cœur de ses chansons et sa ligne de chant. Un exercice d’équilibre musical en forme de défi qui extirpe Emiliana de sa zone de confort et ajoute une nouvelle dimension à ses numéros. Une expérience live surprenante et envoûtante !… Lisez plus

  • The Coed Jail Tour

    Pere Ubu, le groupe formé autour de David Thomas, ronchon et misanthrope notoire, se résume difficilement en quelques phrases. Pere Ubu fait depuis 1975 figure d’icône du post-punk : fortement influencé par The Stooges, Captain Beefheart et The Velvet Underground, il regroupe d’innombrables éléments de la musique concrète et de l’avant-garde expérimentale avec l’inimitable Thomas : criant, nasillant, dansant par spasme sur ses textes surréalistes. Un son indocile et incomparable, mais d’autant plus unique, plus osé et plus influent. Sans Pere Ubu, pas de Gang Of Four, ni de Joy Division, Hüsker Dü, Oxbow ou Pixies. Outre le chaînon manquant entre The Velvet Underground et le punk, le groupe est surtout un mélange déstabilisant de rock d’avant-garage, de sons trouvés, de synthés analogiques, d’électronique psychédélique, de basses pesantes, de structures de chansons bafouillantes et de chants glapissants. Pere Ubu existe depuis 40 ans – avec David Thomas pour seule constante – et pour l’occasion, Fire Records sort cinq très beaux coffrets de vinyles. Le premier, « Elitism For The People 1975-1978 », a paru en août et renferme les deux premiers albums « The Modern Dance » et « Dub Housing », ainsi que « The Hearpen Singles (1975-1977) » et l’album live « Manhattan ». Le deuxième coffret « Architecture Of Language 1979-1982 » réunit « New Picnic Time », « The Art Of Walking » et « Song Of The Bailing Man ». Pour The Coed Jail Tour, Thomas a composé une liste exclusive de titres extraits du matériau sombre et abstrait de ces deux coffrets. Pour faire une impression étourdissante, Pere Ubu a arrangé cet ensemble sans pause entre les numéros. Outre Tom Herman (guitariste de 1975 à 1979 et de 1997 à 2002), la distribution se compose de David Thomas, Robert Wheeler, Michele Temple et Steve Mehlman. Vous voulez vraiment comprendre ce qu’est Pere Ubu ? Lisez donc l’essai en 30 pages écrit par David Thomas en personne. Humo, à propos d’un des premiers disques, The Modern Dance : « Un des vingt meilleurs disques que l’on n’ait jamais entendu. »… Lisez plus

  • Kode9, Darkstar & Rival Consoles

    KODE9 (uk – HYPERDUB dj-set) Kode9 est une des figures de proue du dubstep, et un de ses critiques de premier plan quand le genre a commencé à pâtir de l’excès de basses et de la pression de l’Américain EDM Circus. Kode9 a envoyé son navire Hyperdub (voir aussi Burial, LV, Darkstar …) dans des eaux plus expérimentales et accueilli UK Funky (Cooly G, Ill Blue, …), footwork (Dj Rashad, Dj Spinn, …) et de l’électronique expérimentale (Laurel Halo, Fatima Al Quadiri, Dean Blunt & Inga Copeland, …). Après le décès de son ami et collaborateur The Space Ape MC, Kode9 a conçu son premier album solo, Nothing, un nouveau chef-d’œuvre à la croisée des débuts du dubstep, du grime et du Chicago footwork. Pendant MORE MUSIC!, Kode9 jouera sur une console dj exclusivité Hyperdub ! Vidéo: Respirator Vidéo: Hyperdub Mix DARKSTAR live (uk – WARP) Darkstar, familier des labels en vue Hyperdub et Warp, est ancré dans la scène dubstep de la fin des années 2000 mais s’intéresse beaucoup à la pop indépendante expérimentale façon Animal Collective et Grizzly Bear. La musique d’Aiden Whalley et de James Young a considérablement évolué depuis leurs premiers albums sur le label de Kode9 en 2007. Darkstar a été à son zénith avec Foam Island, son album très applaudi sorti l’an dernier. Whalley et Young ont commencé après les élections britanniques de 2015 un projet de trois mois dans le cadre duquel ils ont discuté avec des jeunes de Huddersmouth dans le nord de l’Angleterre. Cela a donné lieu à un album électronique/pop fort inspiré par l’actuel climat social du nord de l’Angleterre. D’une actualité brûlante et d’une beauté terrifiante ! Vidéo: Pin Secure   Vidéo: Through The Motions RIVAL CONSOLES live (uk – ERASED TAPES) Le producteur Ryan Lee West établi à Londres fut le premier à signer sur le label en vue Erased Tapes. Sa musique, d’abord sous le nom d’Aparatec et désormais celui de Rival Consoles, est un mélange de disco et d’ambiance. Un exercice d’équilibre pour les fans de ses compagnons de label Kiasmos et Nils Frahm, ou de pointures de l’atmospheric techno comme James Holden et Jon Hopkins. Sur le dernier disque Howl, West perfectionne son électronique à la structure organique, qui jaillit souvent d’esquisses brutes à la guitare et au piano. Pitchfork, SPIN et Resident Advisor ont viré de bord. Rival Consoles a donné son impressionnant spectacle audiovisuel live à la Tate Modern et a tourné avec Clark, Nosaj Thing, Luke Abott et Kiasmos. « Les paysages sonores qu’il a créés sur son troisième vinyle, Howl, sont tranchants et imposants, trop solides pour s’y enfoncer. La musique est en mouvement constant, il est donc impossible de perdre la notion du temps à l’écoute. »  — Pitchfork Vidéo: Voyager (Live in London)  Vidéo: Everything All At Once Vidéo: Howl… Lisez plus

  • plays the music of Twin Peaks

    Xiu Xiu, tel est le nom du projet musical sans compromis et aux allures de défi du multi-instrumentiste américain Jamie Steward. Un flot ininterrompu de disques et de tournées depuis 2002 et des collaborations avec des musiciens comme Grouper, Michael Gira et Deerhoof ont valu au groupe un véritable statut culte. Sur le plan artistique, Xiu Xiu ne se cantonne à aucune frontière ni à aucun genre, leur musique oscille entre pop synthétique, bruits noirs, avant-rock et expérimentation pure. L’œuvre du groupe inclut également illustrations et même art en ligne. Il n’y avait donc pas meilleur groupe pour s’approprier et réinterpréter la bande sonore de Twin Peaks, composée par Angelo Badalamenti et David Lynch. Jamie Steward a arrangé la musique à la demande de Lynch en personne. Après une première à Brisbane, « XIU XIU plays the music of TWIN PEAKS » a depuis fait le tour de scènes choisies. Avertissement : Killer BOB est aussi de la partie !… Lisez plus

  • Olé. Ravel, Lalo & Bizet

    Février 1875 : Paris découvre la Symphonie espagnole de Lalo. Moins d’un mois après, Bizet porte à la scène Carmen, une jeune tzigane espagnole. L’Espagne fait son apparition sur la carte musicale de la France. Dans leur musique, les compositeurs français franchissent volontiers les Pyrénées pour trouver l’inspiration dans la richesse culturelle de la musique et de la danse espagnoles. Dans sa symphonie en cinq mouvements pour violon et orchestre, Lalo allume un feu d’artifice espagnol, destiné au violoniste andalou Pablo De Sarasate établi à Paris. Certaines mélodies espagnoles de l’opéra Carmen devinrent si populaires qu’elles connurent une seconde vie après la mort de Bizet, réunies sous la forme d’une suite pour orchestre. Faut-il s’étonner que le compositeur du Boléro, né à la frontière espagnole d’une mère basque, ait lui aussi été contaminé dès son plus jeune âge par le virus espagnol ?… Lisez plus

  • Mare nostrum

    Les rives de la mer Méditerranée sont le berceau de notre mythologie, de notre philosophie et de notre théologie, mais aussi la scène de conflits intenses. Invasions et migrations caractérisent aujourd’hui encore les racines et la vie de ses habitants tandis que les trois grandes religions monothéistes y ont creusé leur sillon. Jordi Savall essaie comme toujours de dévoiler à l’aide de la musique les liens entre tous ces peuples et cultures. Dans Mare nostrum, il réunit les traditions orales séfarades, berbères, grecques, arabes, hébreux, andalouses et celle de sa Catalogne natale à la musique notée du trecento italien et de sources ottomanes et grecques. Attendez-vous à un mélange coloré d’une incroyable richesse. Une richesse devenue nôtre.… Lisez plus

  • As I Open My Eyes

    Voilà déjà plusieurs années que le Cinema Novo est le temple du cinéma mondial de qualité à Bruges. Depuis 2013, il organise le « MOOOV filmfestival Brugge » [festival de cinéma MOOOV de Bruges] et a élargi son rayon d’action à toute la Flandre. MOOOV veut toucher les gens par des films de fiction et des documentaires du monde entier. Aujourd’hui, MOOOV est le festival de cinéma le plus important de son genre en Flandre ; il vise chaque année 100 000 visiteurs en divers lieux en Flandre. La programmation complète, comptant près de septante films, paraîtra en ligne sur www.mooov.be courant mars. Venez voir le film d’ouverture de MOOOV au Concertgebouw et jouez à la star de cinéma sur le tapis rouge. Outre le film, vous pourrez profiter de l’animation off, des petits fours et d’un verre dans un cadre d’exception. … Lisez plus

  • Quoi de mieux qu’une répétition publique pour permettre aux enfants et aux jeunes de ressentir intensément la tension et les émotions du processus de répétition qui précède chaque concert ? Un concert réussi est le résultat d’une pratique assidue. À l’issue de la répétition, vous aurez la possibilité de poser des questions au chef d’orchestre ou à un musicien.… Lisez plus

  • Après le tremblement de terre de Lisbonne

    La Toussaint de 1755 qui s’annonçait festive tourna à la catastrophe. Un tremblement de terre, suivi d’un violent raz-de-marée et d’incendies ravageurs détruisirent presque tout Lisbonne. La fabuleuse bibliothèque musicale de João V partit elle aussi en fumée. La catastrophe ébranla en outre la pensée européenne : tant de morts, tant de dégâts pouvaient-ils vraiment être la volonté d’un Dieu bon ? À Hambourg, Telemann ne se préoccupa pas de telles questions : sa Donnerode très imagée est autant un hommage à ses collègues portugais qu’une affirmation de la toute-puissance de Dieu. Ce n’est pas un hasard s’il a utilisé l’effectif qu’employait volontiers Almeida, par exemple dans la messe à huit voix que Les Muffatti et Vox Luminis donneront ce soir. Ces deux ensembles comblés de prix interpréteront ensemble ce joyau récemment redécouvert du nouvel éclat de l’Europe baroque.… Lisez plus

  • Les sonorités entêtées de Rebelo

    L’enfant prodige portugais João Lourenço Rebelo est probablement le seul compositeur à trouver totalement accessoire l’édition de son œuvre ; cette tâche revient donc à son protecteur, le roi João IV. C’est grâce aux bons soins (et à l’argent) du monarque portugais que paraissent en 1657 à Rome les compositions de Rebelo – conservées pour la postérité de cette seule façon. Heureusement, car dans ses partitions des Vesperpsalmen et des Lamentations qui seront interprétées ce soir, Rebelo se présente comme un compositeur extrêmement original, qui n’en fait qu’à sa tête. En associant la technique vénitienne du double chœur à l’« ancienne » polyphonie et en faisant une utilisation très personnelle des éléments chromatiques, il a donné à la musique portugaise un héritage unique. Ses lamentations à huit voix comptent par ailleurs parmi les chefs-d’œuvre de la polyphonie européenne de la Semaine sainte.… Lisez plus